Fresnes dans le Grand Paris

L’ensemble du territoire constructible est maintenant urbanisé et il ne reste aucune réserve foncière. Nous arrivons à un point-limite qui se traduit par un manque d’espaces publics arborés dans les derniers quartiers les plus urbanisés (Montjean et Charcot-Zola).

Pourtant, Fresnes a établi un PADD (plan d’aménagement et de développement durable) puis un PLU (plan local d’urbanisme) qui prévoient une augmentation significative de sa population sur les 10 ans à venir.

Contre cette asphyxie programmée, de simples paroles et même des refus de signature de permis de construire ne pourront suffire. En effet, ces refus seront attaqués auprès des tribunaux administratifs et Fresnes sera alors contrainte de laisser se développer une urbanisation qu’elle ne maîtrisera plus. Il nous faudra donc revoir le PADD et le PLU, ce qui ne sera guère possible sans l’enserrer dans une réflexion globale qui fasse sens pour tous.

Un des moyens sera d’élaborer ensemble un projet communal de territoire que nous porterons politiquement au niveau régional et national, avec deux orientations fortes :

– un développement d’un réseau de métros maillé et dense sur l’ensemble de la métropole afin de réduire fortement l’usage de la voiture et même pouvoir s’en passer totalement

– un rééquilibrage national à long terme en faveur de nos provinces, via des liaisons à grande vitesse et des réseaux numériques haut débit, ce qui relâchera la pression foncière sur la région parisienne, permettra une « déconcentration » de l’espace métropolitain et une renaturation significative de nos banlieues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Tous les commentaires sont soumis à modération avant publication.)