Libérer (toutes) les énergies

Libérer les énergies c’est avant tout permettre aux personnels municipaux de participer à la définition des tâches et objectifs, sous la conduite bienveillante des responsables d’équipe et de service. Il y a un grand potentiel de ces derniers à animer un management participatif  et il faut absolument que la municipalité les incite en ce sens, plutôt que de les refréner par un management d’un autre âge. Un projet de management participatif avait été esquissé fin 2017-début 2018, mais il fut stoppé par la maire. Nous le reprendrons sur les bases initiales, à savoir confiance dans la capacité des personnels et de l’encadrement à optimiser les processus et supprimer les tâches sans valeur ajoutée.

Libérer les énergies, c’est aussi faire mieux fonctionner la concertation citoyenne , pas dans des consultations « poudre aux yeux » mais au sein de vrais projets arbitrés collégialement lors des budgets participatifs élargis, c’est-à-dire en mettant l’ensemble du budget municipal dans la concertation et non une petite fraction du budget municipal comme c’est la règle habituelle des budgets participatifs.

Enfin libérer les énergies, c’est mieux associer les jeunes en recréant un conseil de la jeunesse, à l’image de celui qui a existé il y a quelques années mais avec plus d’autonomie dans l’organisation et dans la conduite de projet. Non seulement cela permettra aux jeunes de sélectionner les sujets les plus intéressants selon leur point de vue, mais cela leur apportera aussi une compétence supplémentaire en matière de gestion de projet : allier l’utile à l’agréable !

En résumé, faire plus et mieux – et certainement pour moins cher -, en évitant les gaspillages de temps et d’énergie, tant des personnels municipaux que des citoyens.

Lire plus dans les onglets personnel , finances , concertation , gestion de projets , et jeunesse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Tous les commentaires sont soumis à modération avant publication.)