Santé

Fresnes semble relativement bien doté en matière de santé, du moins en comparaison avec d’autres territoires, y compris en Ile-de-France. Mais là encore ce n’est pas une raison pour s’endormir et  ne pas continuer à progresser, que ce soit dans l’offre de soins publics et privés ou simplement dans la connaissance par le plus grand nombre de cette offre de soin.

De fait, le vrai problème qui se profile est celui de la démographie médicale, autrement dit du nombre insuffisant de médecins.

N’importe quelle personne ayant un minimum de jugeotte et connaissant les 4 opérations mathématiques savait pourtant que former trop peu d’étudiants (le fameux « numerus clausus« ) ne pouvait que nous conduire dans le mur. Les 4 opérations n’étant visiblement pas du programme de l’ENA et les fanatiques de la réduction des dépenses publiques ayant pignon sur rue, il a fallu 40 années à la haute administration et aux politiques (dociles) pour commencer à entrevoir des solutions, pourtant simples et de bon sens, puisqu’il s’agit tout bêtement de former plus d’étudiants et donc d’augmenter le numerus clausus.

Malheureusement nos gouvernants ont « des oursins dans le porte-monnaie » et il est fort probable que les mesures d’augmentation du numerus clausus seront lentes et insuffisantes. Vu le temps de formation d’un médecin, on peut prévoir que le problème va se poser pendant au moins une décennie et certainement bien plus.

La vraie crainte en matière de santé, sera donc plus notre capacité à gérer la pénurie prévisible de professionnels.

Bien sûr il ne faut pas oublier les questions de sensibilisation des publics les moins avertis et nous continuerons bien évidemment en ce sens, mais dans ce domaine comme dans d’autres il faut un peu moins prendre le citoyen pour un imbécile (qui ne sait pas que la cigarette est nocive ?) et s’occuper un peu plus des domaines dont on a la charge, notamment l’adéquation du nombre de médecins au nombre d’habitants.

Fresnes pourra très peu à son niveau, si ce n’est faciliter l’installation de professionnels : quelques locaux mutualisés avec équipements médicaux partagés (notamment pour les spécialistes) et assistance administrative également mutualisée, afin de leur permettre d’accepter plus de patients (moins de soucis sur les volets matériels et administratifs) tout en facilitant leur venue par des coûts d’installation moindres (mutualisation des équipements).

Nous mettrons donc en place un conseil communal de la santé ouvert à tous les professionnels, afin d’étudier plus avant ces cabinets mutualisés qui leur permettront de maximiser leur capacité d’action à moindre coût… et pallier à Fresnes les insuffisances passées de nos gouvernants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

(Tous les commentaires sont soumis à modération avant publication.)